Hallux valgus

Explication de la déformation

La déformation est bien connue : le premier métatarsien est déplacé en varus alors que le gros orteil est couché en valgus en réalisant un angle dont le sommet crée une saillie interne (oignon). La tête métatarsienne ne repose plus sur ses sésamoïdes ce qui la prive de leur force propulsive et surcharge les autres rayons du pied. Le tendon fléchisseur prend la corde de l’arc et pérénise la déformation.

 

Hallux valgus

Biomécanique de l’hallux valgus

1 – abduction du gros orteil. L’angle de l’axe entre le premier métatarsien et l’axe de la première phalange du gros orteil mesure la désaxation

2 Rotation externe du gros orteil : le sésamoïde externe se projette dans le premier espace inter métatarsien.

3 Métatarse en varus presque toujours associé : ouverture de l’angle du premier métatarsien, deuxième métatarsien

Hallux Valgus (1)

Tableau comparatif entre le pied sain et le pied soufrant d’un hallux valgus

Avant-pied normal et sa radiographie :

  • le gros orteil est pratiquement dans le prolongement du métatarsien
  • les sésamoïdes (deux taches blanches) sont cachés derrière le premier métatarsien

Avant-pied porteur d’un hallux valgus :

  • le gros orteil est dévié en dehors
  • la “bosse” ou “oignon” est formée par le sommet de l’angle entre le premier métatarsien dévié en dedans, et le gros orteil déporté en dehors
  • le sésamoïde externe apparait entre les deux métatarsiens

Les causes

Il y a quatre causes principales :

  • La prédisposition congénitale : tendance familiale à la déformation en hallux valgus (30%), sans que ce facteur soit strictement héréditaire
  • La prédisposition féminine: la souplesse, voire la laxité articulaire est bien supérieure chez la femme
  • La longueur du gros orteil: plus l’ orteil est long, plus les contraintes de la chaussure seront importantes.
  •  La chaussure féminine à bout pointu : Plus le premier orteil est long, plus s’exerce l’effet coercitif de la chaussure à talon haut et à bout pointu.

La chaussure a tendance à rabattre le gros orteil vers le second,
ce d’autant que le premier orteil est long

On distingue : les pieds grecs (11%), les pieds carrés (27%) les pieds égyptiens (62%).

 Les conséquences

L’hallux valgus et ses conséquences représentent 90% de la pathologie de l’avant pied :

Au niveau de l’exostose :

  • bursite qui peut se surinfecter avec le risque d’arthrite sous-jacente et de perte de la fonction par arthrodèse.

Au niveau des orteils voisins :

  • Coup de vent externe quand ils sont refoulés par le valgus du gros orteil très inesthétique.
  • Griffe avec cor conflictuel avec la chaussure et son risque de surinfection (orteil en marteau).
  • M é t a t a r s a l g i e s du deuxième rayon par hyperappui réactionnel à l’insuffisance du gros orteil, avec durillon d’appui et tiroir dorsoplantaire douloureux conduisant à la luxation.
  • Pied rond antérieur avec insuffisance de tous les rayons et métatarsalgies médianes.

L’évolution

Elle progresse à mesure que cèdent les articulations d’avant en arrière.

1er stade : Il concerne l’interphalangienne et peut commencer très précocément dès l’enfance par une déviation de P1 sur P2 ou clinodactylie. Il est source d’ongles incarnés à répétition par conflit entre les deux premiers orteils.

2ème stade : La métatarsophalangienne cède et se crée l’hallux abductus et la saillie exostosique interne. Ce stade se caractérise par l’apparition d’une bursite interne par conflit avec la chaussure.

3ème stade : La cunéométatarsienne cède à son tour et apparaît le métatarsus varus. L’évolution se fait par poussées douloureuses successives entrecoupées d’accalmies trompeuses car la déformation continue de s’aggraver. Elle frappe les rayons voisins qui deviennent souvent les motifs de consultation (47%). Il faudra alors expliquer à la patiente que le cor surinfecté de son deuxième orteil en marteau ou que la luxation très douloureuse de sa deuxième métatarso-phalangienne relève du traitement simultané de son hallux valgus et non d’un acte isolé sur le deuxième orteil sous peine de récidive. L’évolution se fait vers une extension des désordres statiques à tout l’avant pied pouvant gêner considérablement le port de chaussures et la marche.

Achives des actualités du métier de podologue